Recommandations pour le traitement antibactérien des folliculites bactériennes du chien

Dr Émilie Videmont-Drevon, CHV Saint-Martin

 

Les pyodermites sont une des principales causes justifiant le recours à une antibiothérapie systémique chez le chien. En raison du nombre croissant d’antibiorésistances, le choix judicieux de l’antibiotique est primordial.

 

Tous les antibiotiques ne sont pas équivalents dans leur capacité à induire des résistances bactériennes et il est donc important que le praticien distingue les antibiotiques pouvant être utilisés de façon empirique en première ligne et ceux devant être réservés aux cas plus complexes et, si possible, choisis en fonction du résultat d’un antibiogramme.
La céfalexine (céphalosporines de première génération), l’amoxicilline-acide clavulanique et la clindamycine peuvent être utilisés en première intention lors de folliculite bactérienne. Ces antibiotiques présentent une bonne activité contre Staphylococcus pseudintermedius et diffusent bien dans la peau. Ils doivent absolument être utilisés à la bonne dose et suffisamment longtemps afin de limiter les résistances. Le traitement d’une pyodermite superficielle dure en moyenne 3 à 4 semaines et doit être poursuivi une semaine après la guérison clinique ; une réévaluation est donc justifiée pour adapter cette durée.

Les traitements topiques sont trop souvent délaissés alors qu’ils constituent une aide précieuse aux traitements systémiques. Le développement récent de différentes formes galéniques (mousse, spray, lingettes ou cotons imbibés) permet de faciliter l’observance. Le traitement topique contribue souvent à une amélioration plus rapide permettant de raccourcir la durée du traitement oral, il aide au retrait des débris et des micro-organismes présents sur la surface cutanée et facilite la restauration de la structure cutanée.
Les topiques contenant de la chlorhexidine sont privilégiés actuellement. Ils doivent initialement être utilisés 2 à 3 fois par semaine puis, une fois la guérison obtenue, à une fréquence moindre. L’explication de la bonne réalisation des shampoings aux propriétaires est essentielle , il est notamment important de rappeler la nécessité d’un temps de pause.
Les shampoings devraient systématiquement être suivis de l’application d’un réhydratant cutané afin d’éviter le dessèchement cutané.

Lors de réponse inadéquate, la réalisation d’une culture bactérienne avec antibiogramme est nécessaire.
Le groupe d’experts a établi 4 situations justifiant la réalisation systématique d’une culture :

 

Les pustules constituent le site de choix pour réaliser le prélèvement bactérien, une tonte préalable ou l’utilisation d’une loupe peuvent être utiles pour faciliter leur visualisation. En l’absence de pustules, le prélèvement peut être réalisé à partir de la face interne d’une croûte ou d’une collerette épidermique ou une papule.

En fonction du résultat de l’antibiogramme, des antibiotiques de seconde intention peuvent être envisagés : TMP-sulfamides, fluroroquinolones, voire doxycycline.

Bien qu’utilisés outre Atlantique, le recours à des antibiotiques tels que le chloramphénicol ou la rifampicine est très fortement déconseillé en médecine vétérinaire.

 

Bibliographie

Bannoehr J, Guardabassi L. Staphylococcus pseudintermedius in the dog: taxonomy, diagnostics, ecology, epidemiology and pathogenicity. Vet Dermatol 2012; 23: 253–266.

Beck KM, Waisglass SE, Dick HL et al. Prevalence of meticillin-resistant Staphylococcus pseudintermedius (MRSP) from skin and carriage sites of dogs after treatment of their meticillin-resistant or meticillin-sensitive staphylococcal pyoderma. Vet Dermatol 2012; 23: 369–375.

Beco L, Guaguère E, Lorente Méndez C et al. Suggested guidelines for using systemic antimicrobials in bacterial skin infections: part 2—antimicrobial choice, treatment regimens and compliance. Vet Rec 2013; 172: 156–160.

Federation of European Companion Animal Veterinary Associations (FECAVA) poster on Key recommendations for hygiene and infection control in veterinary practice.

Guaguère E, Salomon C, Maynard L. Using cephalexin in the treatment of canine pyoderma. Comparing the efficacy of different dosage. Pract Med Chirurg Anim Comp 1998; 33: 237–246

Hillier A, Lloyd DH, Weese JC et al. Guidelines for the diagnosis and antimicrobial therapy of canine superficial bacterial folliculitis (Antimicrobial Guidelines Working Group of the International Society for Companion Animal Infectious Diseases)
Veterinary Dermatology. Volume 25, Issue 3, pages 163–e43, June 2014

Mueller RS, Bergvall K, Bensignor E et al. A review of topical therapy for skin infections with bacteria and yeast. Vet Dermatol 2012; 23: 330–341.

van Duijkeren E, Kamphuis M, van der Mije IC et al. Transmission of methicillin-resistant Staphylococcus pseudintermedius between infected dogs and cats and contact pets, humans and the environment in households and veterinary clinics. Vet Microbiol 2011; 150: 338–343.

Weese JS, Faires MC, Frank LA et al. Factors associated with methicillin-resistant versus methicillin-susceptible Staphylococcus pseudintermedius infection in dogs. J Am Vet Med Assoc 2012; 240: 1450–1455.