A propos de la greffe conjonctivale bipédiculée

Dr Thomas DULAURENT, Dr Pierre-François ISARD (CHV Saint-Martin)

 

Télécharger l'article au format pdf

 

De nombreuses atteintes cornéennes requièrent la réalisation d’une chirurgie de greffe conjonctivale chez les carnivores domestiques comme chez le cheval. Citons les ulcères profonds, les infections bactériennes ou fongiques, les séquestres cornéens… La chirurgie consiste en l’ablation de la cornée affectée et en son remplacement par de la conjonctive bulbaire.

 

Il existe de nombreux types de greffe de conjonctive: greffe en ilot, greffe pédiculée par rotation ou par translation, greffe par glissement, greffe bipédiculée....

 

La greffe la plus fréquemment réalisée est la greffe conjonctivale pédiculée. Dans certains cas cependant, la perte de substance cornéenne est tellement vaste que cette greffe n’est pas adaptée. Pour ces cas-là, la greffe bipédiculée semble plus indiquée. Les avantages qu’elle offre sont une meilleure répartition des tensions sur le greffon de conjonctive par tractions opposées sur chaque pédicule, une capacité de recouvrement supérieure.

 

La greffe bipédiculée est aussi particulièrement adaptée chez le cheval (photographie 1) pour lequel les pertes de substances sont souvent étendues. La conjonctive des équidés étant par ailleurs beaucoup plus fragile que celle des carnivores, la présence de deux pédicules offre de meilleures capacités de résistance à la traction que lors d’une greffe monopédiculée.

 

La greffe bipédiculée nous semble donc une technique intéressante à prendre en compte dans la gestion de certaines affections cornéennes, tant chez les carnivores que chez les équidés.

Références bibliographiques