Cas clinique d’un épagneul pékinois présenté pour dyspnée aigue

Dr Rachel BUTTIN, DMV, Service d'Imagerie Médicale - Dr Anne-Sophie Migeon, DMV, Service des Urgences (CHV Saint-Martin)

 

Cas clinique :

Anamnèse :

Un chien épagneul pékinois mâle de 10 ans est présenté pour abattement et anorexie depuis la veille. Une bagarre avec un autre chien deux jours auparavant est rapportée. Le chien est suivi et traité pour une endocardiose mitrale depuis plusieurs années.

 

Examen clinique :

L’examen clinique révèle une polypnée, une tachycardie et une augmentation des bruits respiratoires à l’auscultation pulmonaire. Le reste de l’examen est dans les limites de la normale.

 

Hypothèses diagnostiques :

Une affection respiratoire d’origine traumatique (contusion, pneumothorax, torsion de lobe) ou éventuellement infectieuse (pyothorax, pneumonie) sont suspectées.

 

Examens complémentaires :

L’hémogramme révèle une discrète leucocytose neutrophilique (GB = 17,31.10^9/L [5,5-16,9], PNN = 14,23.10^9/L [2-12]. L’examen biochimique sanguin met en évidence une élévation modérée de l’urée (0,843 g/L [0,147-0,567]) et des ALKP (365 ui/L [23-212]).

Des radiographies de thorax sont réalisées :

Une torsion du lobe pulmonaire crânial gauche est fortement suspectée. Un abcès pulmonaire ou une masse peuvent également être envisagés.

Un scanner thoracique permet de confirmer la torsion du lobe pulmonaire crânial gauche. Le volume du lobe crânial gauche est augmenté. Il est consolidé et présente un pattern vésiculaire aérique. Il ne rehausse pas après injection intraveineuse de produit de contraste. Sa bronche souche est interrompue. On note également la présence d’un pneumothorax.

Les lobes crânial droit et accessoire présentent un volume diminué et une opacification alvéolaire. Ils rehaussent de façon uniforme après injection IV de produit de contraste et sont donc collabés.

Lobe pulmonaire crânial gauche de volume augmenté, consolidé et présentant un emphysème vésiculaire. Atélectasie du lobe pulmonaire crânial droit.

 

Traitement :

Le traitement est chirurgical. Une lobectomie pulmonaire est réalisée par voie intercostale.

 

Discussion :

La torsion de lobe est due à la rotation d’un lobe pulmonaire autour de son pédicule bronchovasculaire. Elle peut être :

La torsion de lobe pulmonaire est une affection rare, qui touche principalement les chiens, et plus rarement les chats, sans prédisposition d’âge. Certaines races sont prédisposées (chiens à thorax profond de type Lévriers afghans, Whippets, chiens à thorax large de type Carlins). Les lobes les plus fréquemment touchés sont le lobe moyen droit chez les grands chiens et le lobe crânial gauche chez les chiens de petite race.

Les signes cliniques, les anomalies hématologiques et la présence d’épanchement pleural n’étant pas spécifiques de cette pathologie, le diagnostic repose essentiellement sur les examens d’imagerie.

La radiographie est parfois équivoque dans les cas de torsion de lobe. La présence d’épanchement pleural est très fréquente mais non systématique. L’épanchement masque les structures pulmonaires et entraine un collapsus des autres lobes, rendant plus difficile le diagnostic. Une opacification alvéolaire lobaire du lobe tordu est systématiquement visible. Cette lésion radiographique n’est cependant pas spécifique (pneumonie, contusion, thrombo-embolie, infiltration tumorale). La présence d’emphysème vésiculaire dans le lobe est fortement évocateur d’une torsion de lobe mais n’est ni systématique, ni pathognomonique. De plus, ce pattern apparaît tardivement. Enfin, l’interruption d’une bronche ou son déplacement est fortement évocatrice d’une torsion lobaire associée aux autres lésions mais n’est visible que dans environ 50% des cas (1).

Au contraire, la présence d’épanchement pleural n’est pas gênante au scanner. Le volume des lobes et leur position sont également plus facilement évalués. Le trajet des bronches peut être suivi. La différenciation entre le lobe tordu, les lobes atélectasiés ou une éventuelle masse pulmonaire est réalisée grâce à la prise de contraste différente de ces lésions (2). Le scanner est ainsi l’examen de choix lorsqu’une torsion de lobe pulmonaire est suspectée. Il doit être réalisé rapidement, le pronostic vital étant en jeu.

 

Bibliographie :

1. Radiographic diagnosis of lung lobe torsion. D’Anjou M, Tidwell.S , Hecht.S., Vet Radiol Ultrasound, 2005 ; 46 (6): 478-848.

2. The canine and feline lung. C. Lamb. In : Textbook of veterinary diagsnotic radiology, D. Thrall (4th Ed) : 431-446, WB Saunders

3. Computed tomographic features of lung lobe torsion. Seiler G, Schwarz T, Vignoli M, Rodriguez D. Vet Radiol Ultrasound, 2008; 49(6): 504-8.

4. Lung lobe torsion. Gicking J, Aumann M. Compend Contin Educ Vet., 2011 ; 33(4): E4.

5. Concurrent torsion of the right cranial and right middle lung lobes in a whippet. R. N. White and N. Corzo-Menendez. Journal of Small Animal Practice, 2000, 41,562-565