Ophtalmologie : Quel est votre diagnostic ?

Unité d'Ophtalmologie (CHV Saint-Martin)

 

Un chat mâle castré de 8 ans a été présenté en consultation pour l’évaluation d’une modification brutale de l’aspect de l’œil droit, survenue quelques heures auparavant. Aucun évènement particulier n’a été relevé par les propriétaires.

 

1. Quelle est la nature des lésions observées ?

2. Quelle est la prise en charge requise ?

3. Quel est pronostic visuel de ce type de lésion ?

 

1. Quelle est la nature des lésions observées ?

La photographie montre une lésion en surélévation, émanant de la cornée et déformant de façon importante le dôme cornéen. En périphérie de la lésion principale, la cornée semble modifiée avec une liquéfaction du stroma. Le diagnostic lésionnel est donc une kératopathie bulleuse suraigüe féline (« Feline Acute Bullous Keratopathy »). Cette affection se caractérise par le développement, parfois brutal, d’un important œdème cornéen associé à une vaste lésion bulleuse et à une fonte de la cornée, parfois compliqués d’une perforation(1). L’origine de ce type de lésion est mal connue. Des études récentes ont mis en évidence la présence fréquente d’affections oculaires intercurrentes (62% des cas) : kératite ulcéreuse ou non ulcéreuse, uvéite antérieure, séquestre cornéen, conjonctivite et glaucome(2). Une origine iatrogène a aussi été évoquée, avec un facteur de risque lié à l’administration systémique de cyclosporine(3).

 

2. Quelle est la prise en charge requise ?

La fixation de la membrane nictitante est le traitement actuellement proposé pour la kératopathie bulleuse suraigüe féline, sans perforation1, (2). La membrane nictitante, par sa rigidité et sa résistance mécanique, permettrait d’exercer une contre-pression sur la cornée, en opposition avec la pression intra-oculaire, le temps que la cornée cicatrise. Devant le risque de contamination bactérienne, une couverture antibiotique large spectre est recommandée, même si la lésion princeps est réputée aseptique. Certaines études plus anciennes décrivent la réalisation de greffes conjonctivales, avec un certain succès (4), (5).

 

3. Quel est pronostic visuel de ce type de lésion ?

Le pronostic est favorable, à la condition que la prise en charge soit précoce (2). Devant le risque de perforation cornéenne accru, il est en effet nécessaire d’intervenir tôt, par la réalisation d’une fixation de la membrane nictitante ou d’une greffe conjonctivale.

 

Références

1. Stiles J. Feline ophthalmology. In: Veterinary Ophthalmology, 5th edn (eds Gelatt KN, Gilger CG, Kern TJ) Wiley-Blackwell, Ames, 2013; 1477–1559.

2. Pederson SL, Pizzirani S, Andrew SE, Pate DO, Stine JM, Michau TM. Use of a nictitating membrane flap for treatment of feline acute corneal hydrops-21 eyes. Vet Ophthalmol. 2016 Jul;19 Suppl 1: 61-8

3. Pierce KE Jr, Wilkie DA, Gemensky-Metzler AJ, Curran PG, Townsend WM, Petersen-Jones SM, Bartoe JT. An association between systemic cyclosporine administration and development of acute bullous keratopathy in cats. Vet Ophthalmol. 2016 Jul; 19 Suppl 1: 77-85.

4. Pattullo K. Acute bullous keratopathy in a domestic shorthair. Can Vet J. 2008 Feb; 49(2): 187-9.

5. Moore PA. Feline corneal disease. Clin Tech Small Anim Pract. 2005 May; 20(2): 83-93. Review.