Ophtalmologie : Quel est votre diagnostic ?

Pierre-Etienne LAIR
Thomas DULAURENT, DMV, DESV, CES (CHV Saint-Martin)
Pierre-François ISARD, DMV, DESV, CES (CHV Saint-Martin)

 

Une chatte stérilisée de 14 ans a été présentée en consultation pour l’évaluation d’une perte brutale de la vision, survenue quelques heures auparavant. Aucun évènement particulier n’a été relevé par les propriétaires.

La vidéo montre l’aspect dynamique du fond d’œil droit le jour de la consultation. Notons que l’œil gauche présente un aspect similaire.

1. Quelle est la nature des lésions observées ?

2. Quelle est la prise en charge requise ?

3. Quel est pronostic visuel de ce type de lésion ?

1. Quelle est la nature des lésions observées ?

L’œil examiné présente une mydriase assez vaste, autorisant la visualisation des structures du segment postérieur. La papille (tête du nerf optique) est localisée approximativement en région centrale, et est bordée d’une structure prenant l’aspect d’un voile qui flotte dans le vitré et qui fait saillie vers l’avant. Il s’agit de la rétine qui est décollée, et qui n’est plus attachée que dans la région péripapillaire et de l’ora ciliaris retinae. Le diagnostic clinique est donc un décollement de rétine complet, dit infundibuliforme. Aucune hémorragie n’est visible dans le segment postérieur. La perte de vision et la mydriase sont les conséquences directes du décollement de la rétine.

2. Quelle est la prise en charge requise ?

L’observation de ce type de lésion chez un chat âgé doit faire suspecter une hypertension artérielle systémique (1-3). Chez ce patient, la pression artérielle a été mesurée à 220 mm Hg. Les causes d’hypertension à envisager sont principalement l’hyperthyroïdie, l’insuffisance rénale chronique (couple rénine/angiotensine) avec parfois des accès aigus, l’hypertension idiopathique, le diabète et beaucoup plus rarement le phéochromocytome (1-6).

La prise en charge des patients présentant un décollement de rétine et une hypertension artérielle fait donc nécessairement appel à la recherche de ces différentes causes, l’hypertension idiopathique étant évoquée lorsque les autres pistes ont été écartées (4).

Quelle que soit la cause, l’utilisation de l’amlodipine (1.2 mg in toto, per os, une fois par jour pendant une semaine, puis passage à 0.625 mg) est indispensable afin de tenter de rétablir une pression artérielle normale (4). L’amlodipine est un inhibiteur des canaux calciques qui diminue la pression artérielle par relaxation des muscles lisses vasculaires, limitant ainsi les résistances périphériques (4). L’amlodipine a aussi une action de neuroprotection sur la rétine, selon des mécanismes encore mal compris.

3. Quel est pronostic visuel de ce type de lésion ?

Le retour de la pression artérielle dans des valeurs normales peut conduire à une ré-application spontanée de la rétine (1-3). Dans de rares cas, la vision peut être rétablie, surtout si la prise en charge est rapide (une semaine en moyenne) (3). Une fixation de la rétine par rétinopexie au laser diode peut être envisagée afin de limiter le risque de rechute. Il n’est cependant pas rare que la rétine s’atrophie secondairement à la suite de phénomènes d’ischémie (3).

Le pronostic visuel est donc mauvais à court terme lorsque la rétine reste décollée malgré le traitement médical anti-hypertenseur. Il est aussi réservé à moyen terme en raison de phénomènes d’atrophie qui peuvent survenir malgré la réapplication.

 

Références bibliographiques :

1- Stiles J. Feline ophthalmology. In: Veterinary Ophthalmology, 5th edn (eds Gelatt KN, Gilger CG, Kern TJ) Wiley-Blackwell, Ames, 2013; 1477–1559.

2- Crispin SM, Mould JRB. Systemic hypertensive disease and the feline fundus. Veterinary Ophthalmology. 2001; 4: 131-140

3- Komaromy AM et al. Hypertensive retinopathy and choroidopathy in a cat. Veterinary Ophthalmology. 2004; 7: 3-9.

4- Henik RA. Diagnosis and treatment of feline systemic hypertension. Compendium on Continuing Education for the Practicing Veterinarian. 1997; 19: 163-178.

5- Van der Woerdt A, Peterson ME. Prevalence of ocular abnormalities in cats with hyperthyroidism. Journal of Veterinary Internal Medicine. 2000; 14: 202-203.

6- Kobayashi DL et al. Hypertension in cats with chronic renal failure or hyperthyroidism. Journal of Veterinary Internal Medicine. 1990; 4: 58-62.