NAC : Quel est votre diagnostic ?

Saignements provenant de la région anogénitale chez une ratte

Dr Adeline Linsart (Service NAC), CHV Saint-Martin

 

Les pertes provenant de la région anogénitales peuvent être difficiles à explorer et interpréter chez les femelles rongeurs. Ce cas clinique permet de rappeler la démarche diagnostique à adopter.

Une ratte de 18 mois, pesant 280g est présentée pour un saignement abondant intéressant la région ano-génitale, ayant débuté il y a 24 heures. La ratte est en bon état général, elle présente un score corporel de 2,5/5, est vive et réactive. Sa prise de boisson et sa consommation d'aliments sont normales. Elle ne présente pas de déshydratation et l'examen clinique ne met pas en évidence d'anomalies autres que les saignements.

 

1- Comment déterminer l'origine anatomique du saignement observé ?

L'observation attentive de la région anogénitale permet de différencier avec fiabilité un saignement d'origine urinaire, vulvaire ou anale (photo 1) chez les Rongeurs. En effet, les trois orifices sont bien distincts (6, 7), la papille urétrale est en position crâniale, suivi quelques millimètres plus bas par la fente vulvaire puis l'anus.

 

Hormis l'inspection visuelle et la palpation minutieuse de l'abdomen, le recours à des examens complémentaires est nécessaire pour préciser le diagnostic, même lorsque l'origine vulvaire des pertes est évidente.

Si l'analyse d'urine met en évidence une hématurie à la bandelette, il faut s'assurer que le saignement n'est pas d'origine systémique (troubles de la coagulation liés à une intoxication aux anti-coagulants ou à une hépatopathie terminale).

Une vaginoscopie (7), sous anesthésie gazeuse, doit être systématiquement réalisée à l'aide d'un otoscope à embout lubrifié stérile ou d'un endoscope rigide (2).

Une échographie de l'appareil reproducteur est également indiquée afin de préciser l'origine utérine ou vaginale des saignements et d'établir un diagnostic.

Dans le cas présent, les saignements sont d'origine vulvaire.

 

2- La perte sanguine observée par le propriétaire peut-elle être physiologique ?

Il est important de bien connaître la physiologie de chacune des espèces rencontrées en consultation afin de ne pas "surdiagnostiquer" des affections (ex : pertes vulvaires physiologiques du hamster difficiles à distinguer d'un pyomètre). Une anamnèse rigoureuse est nécessaire ainsi qu'une bonne connaissance des conditions de vie. Physiologiquement, il n'y a pas de pertes vulvaires sanguines au cours du cycle reproducteur chez le rat. Si la ratte a été adoptée récemment (provenance de collectivités) ou a pu être en contact avec un mâle dans les trois semaines précédentes, une gestation ou un avortement ne peuvent être exclus. Les prodromes de la mise-bas peuvent également s'accompagner de saignements. Des pertes sanguines vulvaires peuvent aussi apparaître entre le deuxième et le dixième jour de gestation, lors d'un avortement comme d'une gestation normale.

Le diagnostic différentiel des pertes vulvaires sanguines (7) comprend, chez la ratte :


3- L'échographie met en évidence une dilatation de la corne utérine gauche. Une ovario-hystérectomie est proposée. Quels sont les facteurs conditionnant le pronostic ?

 

Le pronostic dépend de :


La ratte se réveille rapidement en couveuse pédiatrique sous oxygène. Elle est réalimentée rapidement avec un aliment de gavage approprié. Le retour à domicile est possible 48 heures plus tard. Six mois plus tard, l'animal est en excellente santé.

Lors de saignements anogénitales chez la ratte, il convient donc d'identifier l'origine anatomique du saignement. En présence d'un saignement vulvaire, la distinction entre une origine vaginale ou utérine est indispensable avant d'envisager un traitement chirurgical. La réalisation d'examens simples tels que la mesure du micro-hématocrite ou la vaginoscopie permettent d'affiner le diagnostic. Il est essentiel d'adopter une démarche rigoureuse et de proposer systématiquement le "gold-standard" afin d'obtenir le consentement éclairé des propriétaires et d'adapter la démarche clinique et thérapeutique à leurs attentes.

 

Cycle reproducteur du rat


Références bibliographiques