Medecine : Quel est votre diagnostic ?

Anomalie de l’électrocardiogramme chez un Bouvier Bernois

Dr Julie BROSSARD, DMV - Dr Anne-Charlotte BARROT, DMV (CHV Saint-Martin)

 

Un chien Bouvier Bernois âgé de 8 ans, est présenté pour un syndrome dilatation torsion de l’estomac (SDTE). Après une phase de réanimation médicale. Il est anesthésié pour une prise en charge chirurgicale. Au cours de la chirurgie, il est monitoré à l’aide d’un capnographe et d’un électrocardiographe. Au cours de la chirurgie des anomalies sont notées sur le tracé.

 

1- Quelles sont vos observations sur ce tracé d’électrocardiogramme ?

2- Quelles peuvent être les causes d’une telle anomalie ?

3- Quelle démarche thérapeutique envisagez-vous ?

 

1- Quelles sont vos observations sur ce tracé d’électrocardiogramme ? [1] [2]

On constate 2 complexes normaux. On note ensuite une succession régulière de complexes QRS élargis et monomorphes, non précédés d’ondes P. La fréquence cardiaque est de 360 battements par minute.

 

Il s’agit d’une tachycardie ventriculaire, ou salves d’extrasystoles ventriculaires soutenues.

 

2- Quelles peuvent être les causes d’une telle anomalie ?

Ce type d’arythmie chez le chien peut être une conséquence d’une maladie cardiaque primaire ou secondaire à une maladie systémique.
En effet, les arythmies ventriculaires sont une complication fréquente lors de syndrome dilatation torsion (40% des chiens en SDTE présentent des arythmies cardiaques). Même si le mécanisme précis reste inconnu, l’hypoxie subie par le muscle cardiaque et l’augmentation, dans la circulation sanguine, de molécules telles que les catécholamines ou certaines cytokines pourraient être responsables de l’apparition de ces arythmies [3].
L ‘apparition d’une tachycardie ventriculaire après un SDTE ne représente pas un facteur pronostic négatif [2], même si certains auteurs considèrent que le taux de mortalité est plus élevé chez les chiens présentant des arythmies cardiaques en postopératoire [4] [5].

 

3- Quelle démarche thérapeutique envisagez-vous ?

Le traitement est à évaluer en fonction de la rapidité de l’arythmie (>180 bpm), de sa durée (>30 sec) et de la clinique de l’animal (présence de syncope, faiblesse…). Ici, la fréquence cardiaque étant très élevée et la durée de cette arythmie justifient l’utilisation de lidocaïne à 2mg/kg en bolus pour diminuer la fréquence cardiaque et retrouver un rythme sinusal comme ce fut le cas ici. Il est possible que l’animal nécessite plusieurs bolus avant de retrouver un rythme sinusal. Cependant, au delà de 2 bolus de lidocaïne sans effet, il convient d’essayer d’autres molécules comme la procainamide (bolus à 6mg/kg). Un relais en perfusion continue peut être intéressant lors de récidive de la tachycardie. [2] [6]

 

Bibliographie

1 • Collet M, Le Bobinnec G., Electrocardiographie et rythmologie canines, 2002

2 • Oyama M.A., Sleeper M.M, Manual of canine and féline cardiologie, 2008

3 • Claire R. Sharp, Elizabeth A. Rozanski, Cardiovascular and Systemic Effects of Gastric Dilatation and Volvulus in Dogs. Topics in Companion Animal Medicine, Volume 29, Issue 3, September 2014, Pages 67–70

4 • Mackenzie G. et coll ,A Retrospective Study of Factors Influencing Survival Following Surgery for Gastric Dilatation-Volvulus Syndrome in 306 Dogs, Journal of the American Animal Hospital Association 2010, Volume 46, n°2, 97-102.

5- Beck J.J. et coll, Risk factors associated with short-term outcome and development of perioperative complications in dogs undergoing surgery because of gastric dilatation-volvulus: 166 cases (1992–2003) Journal of the American Veterinary Medical Association. December 15, 2006, Vol. 229, No. 12, 1934-9

6 • Monnet E., Gastric dilatation-volvulus syndrome in dogs, Veterinary Clinics of North America: Small Animal Practice Volume 33, Issue 5, September 2003, Pages 987–1005 Gastroenterology